Les Français de plus en plus enclins à la vie à la campagne

Les Français de plus en plus enclins à la vie à la campagne

Calme, nature, qualité de vie, grand air, coût de la vie inférieur, environnement moins pollué… vivre à la campagne est l’idéal pour 8 Français sur 10. La vie à la campagne fait rêver les citadins en Hexagone, mais particulièrement les jeunes de moins de 25 ans. Ce constat est confirmé par un sondage réalisé par l’Ifop pour l’association Familles Rurales et en partenariat avec France Info.

 

La vie à la campagne, plus intéressante

Les ruraux qui sont vus comme les grands perdants de la mondialisation et de la décadence des services publics font envier la majorité des urbains. D’après le sondage de l’Ifop pour l’association Familles Rurales en collaboration avec France Info, si la vie à la campagne réunit tous les handicaps socio-économiques de la vie moderne, force est de constater qu’elle incarne la vie idéale pour 81 % des Français. Seuls 19 % des personnes interrogées rêvent d’une vie citadine. Cela montre parfaitement la motivation des urbains pour devenir ruraux. Également, le sondage a prouvé que les ruraux sont plus heureux que leurs voisins des villes, ils sont loin des transports bondés et du béton. Seuls, 5 % des habitants de la ruralité envisagent de changer de vie pour s’installer dans les grandes villes. Parmi les gages d’attractivité de la campagne qui pourraient conduire les Français à quitter le monde urbain, il y a la qualité de vie, le moindre coût de la vie, l’environnement moins pollué, l’accès à la nature et le calme, et c’est loin de ce qui se passe dans les métropoles. Ce sentiment de bien-être est partagé par 62 % des ruraux. Mais l’étude a démontré que plus de 60 % des jeunes de moins de 25 ans sont attirés par le monde rural. À noter aussi que 46 % de Français définissent la ruralité par ses difficultés socio-économiques et de nuisances. 59 % d’entre eux pensent que le monde rural est en détérioration contre seulement 43 % des ruraux.

 

Les services publics, un grand handicap pour les ruraux

Même si beaucoup de Français apprécient la vie à la campagne, il y a quand même un sujet qui retient le pas de tous : les services publics. En effet, 57 % des ruraux pensent que leur commune ne profite pas de l’action des pouvoirs publics. De plus, ils sont inquiets quant à leur avenir à la campagne. Aussi, ils ressentent un sentiment d’abandon qui se dégrade d’année en année. Si pour la majorité des Français en général, le bonheur est dans le pré, ruraux et urbains s’accordent à dire que ce sont les lacunes sociales qui empêchent l’installation définitive à la campagne. La France des campagnes est en tête des listes des territoires abandonnés devant la France des banlieues et des villes petites et moyennes. Afin de pousser les citadins à aller à la campagne, le meilleur moyen d’y parvenir est d’améliorer la vie à la campagne. L’association Familles Rurales conseille en priorité de lutter contre la désertification médicale, de promouvoir les commerces de proximité et de relancer l’offre de transports collectifs. D’après cette association, pour reconnecter tous les territoires, il faut mettre le numérique au service de la population avec la télémédecine ou le télétravail.

 

La France des campagnes séduit beaucoup de Franciliens, mais elle souffre énormément de son image : l’absence des services de proximité, le chômage et la pauvreté, et ces termes reviennent souvent quand il s’agit de décrire la vie à la campagne qui est un idéal, mais n’est pas idéalisée.

 

Poursuivez votre lecture avec Entreprendre à la campagne, une tendance qui se confirme.

Pour continuer votre lecture


Dernières Infos

Les Plus Commentés