D’où vient la carpe koï et quelle est son histoire

D’où vient la carpe koï et quelle est son histoire

Très prisée dans le monde entier, la carpe koï est un symbole du patrimoine culturel japonais. Outre ses couleurs vives, la carpe d’ornement se démarque des autres poissons grâce à sa longévité. En effet, son espérance de vie est comprise entre 25 et 35 ans. Dans la culture nippone, elle fait référence à la sagesse, au courage, à la persévérance et à la bravoure. C’est une des raisons pour laquelle la plupart des japonais la choisissent en guise de tatouage. La carpe koÏ, d’où vient-elle ? Quelle est sa véritable histoire ? Vous en apprendrez davantage sur cet animal en prenant le temps de lire cet article.

Les origines de la carpe koï

Les premiers récits concernant la carpe koï remontent au Vème siècle av J.C. En effet, avant qu’elle n’arrive au Japon, la carpe koï était déjà élevée intensivement en Corée et en Chine. En ces temps-là, le poisson n’avait pas encore ces belles couleurs vives. Il avait uniquement une couleur uniforme. C’est durant les premières invasions sino-japonaises que la carpe koï a commencé à se propager dans l’archipel japonais. Il a fallu attendre des siècles pour voir apparaître le premier koï ayant subi une mutation chromatique. Appelées également Kohaku, les premières carpes koï de Japon étaient de couleur rouge. Apparaissent ensuite celles de couleur blanche et les koï bicolores. Grâce à leurs couleurs vives, elles sont devenues les poissons les plus prisés du pays. Depuis, l’élevage à but ornemental a commencé. Après plusieurs croisements, de nouvelles variétés de Kohaku ont fait leur apparition. Leurs teintes noires, jaunes ou oranges les différenciaient des premières carpes koï. Poisson coloré ou Nishikigoi, tel est l’appellation donné à la carpe koÏ au Japon. Dans le pays, l’élevage de Nishikigoi est une passion. A Yamakoshi, le poisson est même devenu une égérie. D’ailleurs, c’est dans ce village qu’on retrouve les plus belles carpes koï du monde. Pendant les jours de fête, les villageois laissent leurs carpes nager librement dans les rizières. Ils apprennent également aux autres comment faire un bassin à carpes koï ?

Les caractéristiques de la carpe koï

Origine carpe koï

Crédits : Pixabay

La particularité de la carpe koï ne vient pas uniquement de sa couleur, mais également de sa taille. En effet, le poisson peut atteindre un mètre de long pour un poids avoisinant les 15 kilos. Très sociable, il peut cohabiter avec d’autres poissons dans un bassin de jardin. Cependant, il a besoin d’espace pour survivre et se développer. C’est une des raisons pour lesquelles il est déconseillé de l’élever dans un aquarium. Concernant son alimentation, la carpe koï est aussi omnivore. Elle se nourrit principalement d’algues et de végétaux. Durant l’hiver, elle se cache sous la vase pour se protéger du froid. La carpe koï se met en quelque sorte en mode semi-hibernation. Si vous êtes un apprenti éleveur de carpe koï, sachez qu’il faut l’élever dans une eau à température élevée pour accélérer sa croissance. Outre le Japon, on retrouve aujourd’hui de nombreux éleveurs de carpe koï éparpillés un peu partout dans le monde. Ces derniers ont également fait des croisements et possèdent leurs propres koï (ex : koï voilée en Amérique, koï Ogon en Allemagne, koï blanche à nageoire rouge en Thailande, etc.). Animal légendaire, la carpe koï est aujourd’hui considérée comme le plus beau poisson du monde.

Pour continuer votre lecture