Comment l’IA vient aider l’agriculture

Comment l’IA vient aider l’agriculture

Les rapides avancées technologiques des dernières décennies ont transformé de nombreuses industries à travers le monde. L’agriculture peut sembler relativement peu concernée par le digital, mais pourtant, elle profite aujourd’hui de l’intelligence artificielle. Dans quelle mesure est-elle appliquée et quelles possibilités futures laisse-t-elle entrevoir ?

Intelligence Artificielle et agriculture

Pour la majeure partie de la population, la combinaison de ces deux mondes semble futuriste, et parfois incompatible. Et pourtant, des entreprises telles que Dilepix s’intéressent de plus en plus à la place de l’IA dans ce secteur. Elle est la promesse d’une agriculture performante et précise. Quand l’IA contrôle les machines, elle peut leur faire effectuer des tâches techniques ou reproduisant les processus de pensée humaine. Pour y arriver, la science se base sur de l’électronique couplée à des programmes informatiques auto-apprenants toujours plus évolués, conçus pour reproduire le fonctionnement d’un cerveau humain.

Si cette technologie est encore émergente en agriculture, les machines et les équipements contrôlés par IA ont permis une nouvelle forme d’agriculture. Elle améliore la production des cultures, la surveillance en temps réel, la transformation des produits et leur commercialisation.

Collecte et analyse des données

Les fermes et les exploitations agricoles doivent gérer leur propre lac de données au quotidien. Des informations telles que la température, les conditions climatiques, celles du sol ou encore l’utilisation de l’eau peuvent être collectées et analysées. Mais elles peuvent aussi exploiter les données mises à disposition par les sites web des institutions et disponibles publiquement pour élaborer des solutions innovantes.

Cela peut par exemple aider les agriculteurs à déterminer quelles semences ou quel système d’irrigation seront les plus adaptés en fonction des conditions et la manière dont les ressources devraient être utilisées. En plus de maximiser l’efficacité et la productivité agricole, cette intelligence permet aussi de minimiser la charge de travail et les pertes. Simultanément, les agriculteurs peuvent se tourner vers les chatbots s’ils ont besoin d’assistance. Ces logiciels auto-apprenants collectent les données et sont en mesure de répondre à leurs questions concernant le monde agricole.

Agriculture de précision

L’IA permet aux agriculteurs d’améliorer la qualité des récoltes et la précision dans leur production. Les différents systèmes mis en place aident par exemple à détecter la présence de mauvaises herbes dans les cultures, de parasites ou de maladies sur les plants, ou encore à déceler des déficiences nutritives.

La précision des données permet des actions ciblées et évite l’utilisation excessive d’engrais ou de pesticides. En collectant des données sur des périodes étendues, l’IA est capable de produire des systèmes de prévisions saisonnières. Les agriculteurs sont alors en mesure de prendre la probabilité de certains événements récurrents en compte dans leur planning.

Meilleure gestion de l’eau

L’agriculture est responsable de près de 85% de l’eau consommée dans le monde. Avec l’accroissement de la population et des besoins alimentaires mondiaux, ce chiffre est en constante augmentation. Il devient donc urgent de parvenir à gérer cette ressource plus efficacement.

Auparavant, l’irrigation se basait sur la mesure de la teneur en eau du sol. Grâce à l’IA, elle se fait selon des plannings précis et qui prennent de nombreuses variables en compte. Il s’agit par exemple de l’humidité ambiante, de la densité de culture, des propriétés du terrain ou de la vitesse du vent.

L’installation de dispositifs de mesures de la fertilité du sol ou du pH permet de déterminer la qualité du sol à l’instant T. Un système enterré basé sur une irrigation par gouttes et qui communique sans-fil permet non seulement de surveiller la teneur en nutriments du sol, mais aussi d’utiliser l’eau efficacement. En effet, ce système d’irrigation minimise les pertes d’eau en irriguant directement dans le sol. Si l’arrêt et le déclenchement sont automatisés, ils peuvent aussi être contrôlés par l’agriculteur via une interface dédiée.

Drones et vidéo surveillance

Dans le ciel, des drones pilotés par IA quadrillent l’exploitation. Cette technologie a déjà prouvé son efficacité dans la reconnaissance, la surveillance ou encore pour la détection de feu de forêt. Ces drones génèrent ensuite des données qui vont pouvoir être analysées et exploitées par les algorithmes. En plus d’identifier des problèmes, l’IA est aussi capable de proposer des pistes de solution.

Les drones peuvent aussi être équipés de matériel pour projeter des produits, tels que des engrais ou des pesticides, sur les cultures. Ces engins sont d’ailleurs déjà utilisés à cet effet dans des exploitations aux États-Unis et y ont révolutionné les méthodes agricoles.

À l’intérieur de l’exploitation, un réseau de caméra de vidéosurveillance permet à l’agriculteur de surveiller son bétail sans avoir à se déplacer. Il évite de bousculer le rythme de ses animaux par sa présence et peut simultanément s’assurer de leur bonne santé.

Automatisation de processus

Certaines tâches répétitives peuvent être automatisées, réduisant les risques et permettant aux exploitants de se concentrer sur les tâches les plus importantes. Les tâches automatisées peuvent concerner le déclenchement de l’arrosage en prenant compte du phénomène d’évapotranspiration, de la gestion de l’eau ou encore de la distribution de nourriture au bétail.

La surveillance des cultures peut être couplée avec le traitement ciblé des plants et des cultures menacées par la maladie, les parasites ou les mauvaises herbes. L’utilisation simultanée de machines contrôlées par IA autorise alors le déplacement de plants, l’automatisation des semis ou encore l’empaquetage pour la distribution. Même si l’IA est capable d’automatiser de nombreuses fonctions agricoles, l’humain reste cependant au centre de la prise de décision.

Combler le manque d’effectif

L’agriculture est un secteur qui souffre du manque de main-d’œuvre. Dans la plupart des exploitations, le travail est souvent saisonnier, notamment en ce qui concerne les cultures. En s’éloignant de la société agraire, les milieux ruraux sont de moins en moins peuplés au profit des villes qui ont vu leur population exploser. L’ONU prévoit d’ailleurs qu’en 2050, près des deux tiers de la population mondiale vivront en milieu urbain.

Les robots pilotés par IA font partie des solutions envisageables pour combler le manque de main-d’œuvre par les exploitants agricoles. Grâce à leur versatilité, ils peuvent être utilisés pour les récoltes, ou encore pour l’élimination des nuisibles et des mauvaises herbes. Ils présentent aussi l’avantage d’être présents et opérationnels 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.

Pour continuer votre lecture


Dernières Infos

Les Plus Commentés