Produits du terroir : Qu’est-ce que la charte qualité-proximité ?

Produits du terroir : Qu’est-ce que la charte qualité-proximité ?

Les produits du terroir ont le vent en poupe. Peut-être est-ce dû aux nombreux scandales de l’agroalimentaire, un ras-le-bol grandissant de se voir gaver de produits gonflés aux additifs dont les étiquettes des ingrédients ne devant contenir qu’un à cinq mots, se voient plus longues qu’un discours présidentiel, ou encore les enquêtes d’investigation dévoilées sur nos écrans. Probablement un peu de tout cela. Comme beaucoup d’occidentaux ces derniers temps, les français n’échappent pas à la règle. De plus en plus de marchés, de compétitions, de magasins et producteurs promeuvent le retour à une alimentation saine, issue du terroir, avec moins d’intermédiaires. Le consommateur a plus confiance dans ce qu’il mange, la traçabilité étant plus évidente, les additifs industriels sont absents et il se sent, au final, mieux dans sa peau.

Les acteurs locaux s’engagent. Pour preuve : la charte qualité-proximité s’étend.

Cette charte, appliquée dans le Pays de Mans dès 2014, met en avant les restaurateurs, y compris collectifs, les transformateurs ainsi que les agriculteurs et producteurs qui s’échinent à produire, fournir et préparer des produits locaux de qualité, tous issus du territoire. En 2018, le Pays Vallée du Loir met les pieds dans le plat à son tour et s’engage à son développement. Cette charte récompense donc la proximité, la saisonnalité, la traçabilité, la durabilité ou encore la qualité des produits proposés. Au-delà de celle-ci, de nombreuses communes en France organisent des marchés spécifiques pour les producteurs locaux et les initiatives citoyennes sont nombreuses. Ainsi, les circuits courts -comprenez du producteur au consommateur, s’éparpillent dans tout l’Hexagone. Plus équitable envers les producteurs, plus respectueux de l’environnement et bien meilleur pour la santé et dans l’assiette, ce nouveau système nous a convaincu de remettre le tablier avec entrain. Pourquoi pas vous ?

Les concours prônant le local explosent.

Un nombre grandissant de concours récompensant les produits du terroir se créent, mettant en avant les saveurs issues de nos fermes. Ainsi, les émissions culinaires n’ont de cesse d’envahir nos écrans, sous notre regard ébahi devant tant de prouesses que nous pensions impossibles avec les produits de la ferme voisine. Il en va de même dans nos campagnes. Outre le lancement du premier concours des miels de France le jeudi 25 janvier, Jean-Pierre Pernaut vient de lancer, sur TF1, l’élection du plus beau marché de France. De nombreux journaux régionaux s’y associent afin de mettre en avant leurs couleurs, à partir du 5 mars. L’occasion de se remémorer des souvenirs d’enfance et de mettre en avant les produits des fermiers locaux de chaque région, dans un cadre enchanteur.

La France et son terroir pleure un de ses défenseurs.

Le célèbre cuisinier Paul Bocuse, connu pour être un ardent défenseur d’une cuisine de qualité et de traditions, est décédé le samedi 20 janvier. A Lyon, il fut l’élève de la mère Brazier, où tous deux magnifiaient la cuisine avec de la simplicité, de la fraîcheur et du naturel issus de produits du terroir. Bocuse était l’héritier de ce savoir-faire, et le savait. Durant sa longue vie, il s’est efforcé de former une pléthore de chefs, perpétuant et répandant la tradition du savoir manger mieux avec les produits de la ferme. Si ne serait-ce que la moitié de ces chefs qui sont passés entre ses mains expertes, retiennent ces enseignements, le terroir français n’aura rien perdu et a encore de beaux jours devant lui.

Pour continuer votre lecture


Dernières Infos

Les Plus Commentés