HopHopFood, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

HopHopFood, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Depuis l’année 2015, le gouvernement ne cesse d’éditer des lois concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire des commerces et des entreprises agroalimentaires, mais on ne trouve pas de réglementation sur le gaspillage alimentaire dans les ménages. Ainsi, il revient à chacun de se poser des questions et d’opter pour une démarche civique à mettre en place dans la vie de tous les jours. Afin de soutenir ces particuliers qui souhaitent aider les autres, l’association Hop Hop Food a créé l’application smartphone HopHopFood.

 

L’application anti-gaspillage par excellence

D’après l’enquête menée par OpinionWay l’année 2014 pour UP-Group SOS et Fondation Carrefour auprès de plus de 1 000 volontaires, 60 % des Français estiment que la solidarité alimentaire est une immense préoccupation, et 32 % ignorent comment faire pour effectuer des dons de proximité. Mais l’association Hop Hop Food a trouvé la meilleure alternative avec l’application mobile HopHopFood qui met en contact les demandeurs de denrées alimentaires et les donateurs. C’était le 12 juillet 2018 qu’elle a été lancée officiellement. Elle a pour vocation de lutter contre le gaspillage alimentaire en proposant un système permettant aux particuliers de ne plus jeter de la nourriture encore consommable. L’échange se fait entre particuliers. L’application fonctionne sur le système de proximité, c’est donc une plateforme d’entraide entre voisins. Pour l’utiliser, les donateurs créent un profil et se géolocalisent pour que les demandeurs puissent les trouver facilement. La nature des aliments est indiquée par un pictogramme, mais les donateurs peuvent également prendre des photos. Ils indiquent la quantité de nourriture qu’ils désirent donner ainsi que la date de péremption de chaque produit. Tous les produits alimentaires peuvent être proposés à l’exception du poisson et de la viande qui peuvent créer des malaises ou des intoxications. Ensuite, les demandeurs arrivent sur l’application pour sélectionner une ou plusieurs denrées qu’ils mettront dans leur panier. Après, ils viennent au domicile des donateurs pour les récupérer, mais cela peut également se faire dans un autre endroit convenu préalablement. Sur l’appli, il y a un salon de discussion privée entre les 2 utilisateurs pour leur permettre d’échanger sur le lieu et la date du partage alimentaire. Cette plateforme est accessible gratuitement sur les smartphones, les tablettes et les ordinateurs pour les demandeurs et les donateurs.

 

L’importance du partage alimentaire

L’application mobile HopHopFood est conçue pour combattre le gaspillage alimentaire, mais elle est aussi faite pour lutter contre l’isolement selon Michel Montagu, un des fondateurs de l’association Hop Hop Food. Elle permet de rencontrer et d’échanger, même rapidement, autour du thème fédérateur qu’est l’alimentation. Des personnes issues de différents horizons culturels, sociaux et professionnels se rencontrent et créent des liens. Mais ce sont particulièrement les étudiants et les personnes âgées qui sont nombreux à demander des denrées alimentaires sur cette plateforme numérique. Cependant, selon l’agence OpenSpace qui se charge volontairement de la communication de l’association, cette application ne s’adresse pas aux personnes victimes de très grande précarité alimentaire, car elles sont déjà prises en charge par les grandes associations. Jacques Bailet, le président des Banques alimentaires, ajoute que le réseau convient très bien aux volumes d’aliments un peu plus importants. Chaque année, les banques alimentaires protègent près de 66 000 tonnes de denrées alimentaires de la destruction. Il précise aussi que les applications comme HopHopFood concourent vraiment à la prise de conscience globale concernant le gaspillage alimentaire. En Hexagone, ce phénomène a pris un grand tournant, mais il doit aller de pair avec différents moyens de lutte, et les initiatives qui peuvent aider sont toujours les bienvenues.

 

Poursuivez votre lecture avec les Zones blanches à la campagne : et si on parlait de 5G ?

Pour continuer votre lecture