Jeunes agriculteurs : comment s’installer en 2022 ?

Date:

Partager l'article :

Le secteur de l’agriculture étant en pleine expansion en France, de nombreuses personnes souhaitent s’y installer. Cependant, le processus d’installation est assez long et requiert de nombreuses formalités administratives. Envisagez-vous de concrétiser un projet d’installation agricole ? Voici quelques étapes pour y parvenir, surtout si vous avez le statut de jeune agriculteur.

Visite du point accueil installation (PAI)


Le PAI représente l’organisme compétent pour accompagner de jeunes agriculteurs dans leur processus d’installation agricole. Ainsi, il convient d’y faire une visite préalable afin de s’informer sur la démarche à suivre ainsi que les formations diplômantes ou l’expérience professionnelle à acquérir.

Une fois informé, le PAI devra vous guider vers la mise en exécution de votre projet sur la base d’un document d’auto-diagnostic à remplir. Celui-ci devra renseigner sur les différents besoins, attentes et compétences de l’exploitant. Enfin, le PAI se chargera d’orienter ce dernier vers des personnes-ressources clés qui constitueront une aide durant tout le processus d’installation agricole. Un plan de professionnalisation personnalisé devra ensuite être rédigé par les personnes habilitées.

Le montage du projet, son coût et son financement

À ce niveau, il s’agira dans un premier temps d’établir le plan de développement de la société à créer. Cela passe par l’élaboration d’un diagnostic pré-installation, d’un document financier prévisionnel et d’un plan d’entreprise si vous suivez le parcours Jeune Agriculteur. Le diagnostic pré-installation donne un aperçu des objectifs, de la stratégie et des ressources essentiels à la réussite du projet.

Le document financier prévu pour 5 ans doit donner un aperçu sur la viabilité économique, le coût et le financement adapté au déploiement du projet. Dans ce dernier cas, le financement peut porter sur les fonds propres, les alternatives au prêt bancaire, les aides gouvernementales ou régionales ou encore sur le financement participatif. Quant au plan d’entreprise généralement construit pour une période de 4 ans, il représente le récapitulatif des deux documents précédents.

Le choix du statut juridique et social


À ce niveau, il convient de choisir le statut juridique de l’exploitation agricole, mais aussi de son exploitant. Ce choix n’étant pas évident à faire, il est souhaitable d’obtenir l’aide d’un professionnel en la matière. Néanmoins, vous pouvez toujours décider par vous-même. Ainsi, s’agissant du statut juridique de l’exploitation, il faudra choisir entre l’entreprise individuelle ou celle sociétaire. Dans ce dernier cas, un choix devra également s’opérer entre la société civile ou la société commerciale.

En ce qui concerne le statut social de l’exploitant, il a la possibilité d’opter soit pour celui d’exploitant agricole ou pour celui de cotisant solidaire. En outre, il peut également exercer sa fonction d’agriculteur à titre principal ou à titre secondaire, compte tenu de certaines conditions.

Articles en Relation

Optimisez votre poulailler avec une couveuse automatique : un must pour tout éleveur

L'adoption d'une couveuse automatique dans un poulailler peut révolutionner la manière dont les éleveurs gèrent la reproduction et...

Quel type de hotte en inox pro choisir pour son restaurant ?

Les hottes conçues en acier inoxydable sont réputées pour leur durabilité et leur facilité de nettoyage. Elles présentent...

Plongée au cœur du domaine de Bellene : une révolution dans le monde du vin en Bourgogne

Le Domaine de Bellene, niché au cœur de la Bourgogne, est reconnu pour sa fusion exceptionnelle d'innovation et...

Guide pratique pour planifier et budgétiser une rénovation

La rénovation d’une maison peut transformer un espace de vie. Toutefois, cela vient avec son lot de défis,...