Comment optimiser les sessions de pulvérisation agricole ?

Comment optimiser les sessions de pulvérisation agricole ?

En vue de protéger efficacement les cultures contre les maladies transportées par certains parasites, les agriculteurs procèdent à des sessions de pulvérisation. Une technique destinée à pulvériser des produits souvent phytosanitaires pour préserver tant la santé des plantes, des arbres et de toutes autres cultures. Puisqu’il s’agit d’une étape importante dans la valorisation de la culture en vue d’assurer des rendements et la qualité des récoltes, il convient de procéder correctement. Notez qu’il existe certaines méthodes et astuces pour optimiser vos sessions de pulvérisation agricole. Comment faire ?

Équipez votre pulvérisateur d’une pompe électrique performante

Étant donné que la pulvérisation agricole consiste à pulvériser des produits sur les plants, vous devez avant tout être équipé de bons appareils. Puisqu’il existe divers types de pulvérisateurs agricoles, vous devez donc sélectionner les équipements adaptés. Notez que grâce à une pompe électrique 12v, pièce indispensable d’un pulvérisateur, vous pouvez répartir les produits en état liquide selon votre convenance. Essayez néanmoins d’adapter la force exercée par cet appareil à la nature du liquide à savoir sa viscosité pour garantir une pulvérisation optimale.

Si on parle de la pompe électrique 12v, c’est parce que c’est le nom attribué à ces équipements qui sont souvent produits dans ce voltage. Vous avez néanmoins le choix entre une large variété de cet appareil à savoir la pompe électrique rotative axiale, celle à piston ou à palettes ainsi que la pompe dite rotative centrifuge. Ces termes peuvent vous sembler ambigus, mais rassurez-vous, leur choix va dépendre en partie du mode de pulvérisation, mais surtout du débit recherché à chaque session.

Pour optimiser vos sessions de pulvérisations, il existe des pompes électriques 12v plébiscitées dans le commerce. C’est notamment le cas de ceux avec une capacité de 8,3L par minutes pour une pression qui équivaut à 4,5 bars. Il s’agit du débit de référence pour choisir une pompe électrique. De nombreuses marques françaises et étrangères proposent ce type de débit avec une fonction de coupure automatique.

Pour rappel, une pompe électrique fait partie intégrante d’un pulvérisateur agricole. Cette pièce est celle qui assure le déplacement du produit souvent en état liquide de la cuve aux buses de vaporisation. Vous devez de ce fait choisir le modèle dont le débit répond à vos besoins pour optimiser vos sessions de pulvérisation.

 

Préférer des produits phytosanitaires de qualité

La pulvérisation agricole consiste à répandre des produits pour traiter les grandes plantations ou cultures. Si vous voulez faire de cette session un franc succès, garder une attention particulière sur le type et la qualité du produit à pulvériser. Dans un souci écologique, il est recommandé de choisir des produits dits phytosanitaires. Ceux-ci répondent à des normes de préparation strictes qui doivent être déclarées comme le préconise l’arrêté du 16 juin 2009.

Afin de garantir une transparence dans vos sessions de pulvérisation, mais aussi de traçabilité des produits phytopharmaceutiques, approvisionnez-vous chez des enseignes certifiées. Nombreux sont les fabricants ou revendeurs qui proposent des herbicides, des fongicides, des molluscicides et bien d’autres traitements pour éradiquer les insectes ainsi que les parasites.

Vous devez faire une analyse au préalable du sol et de vos plantations pour mieux adapter vos applications. Le choix des produits peut aussi dépendre du climat et des parasites qui sont présents en masse dans votre localité. Dans tous les cas de figure, documentez-vous sur le sujet et n’hésitez pas à demander conseil.

Régler le débit et la vitesse des appareils de pulvérisation

Ici, nous allons parler du réglage de vos pulvérisateurs. Comme toute machine destinée à traiter les infestations aux insectes, elle doit bénéficier d’une bonne mise au point pour offrir un débit adéquat et conforme à la vitesse d’avancement. En d’autres termes, vous devez vérifier si votre mode d’usage du pulvérisateur s’accorde parfaitement à toutes les pièces inhérentes à vos équipements. C’est un point essentiel pour optimiser vos sessions.

Il y a de ce fait 3 points à prendre en considération : le débit, la vitesse d’avancement et l’orientation des diffuseurs. Le réglage reposera surtout sur la nature et le type de culture à traiter. En prenant le cas de l’ajustement du débit, il devra être réglé en abondance dans l’arboriculture notamment pour un verger de pommier par exemple. La quantité de produits nécessaires peut aller à 1 500 litres pour seulement un hectare. Sinon, vous pouvez réduire pour d’autres cultures qui n’ont pas besoin d’une telle quantité.

Pensez aussi à définir des réglages au fur et à mesure que vous réalisez vos sessions de pulvérisation. Ces mises au point sont recommandées en début de saison et à mi-parcours. N’hésitez pas à ajuster le débit d’inclinaison et la hauteur des diffuseurs lors de chaque session de pulvérisation. Pour ce faire, vous devez toujours tenir compte de l’agencement ainsi que de la configuration des cultures.

 

Pulvérisation agricole : tenir compte de diverses conditions météorologiques

L’optimisation d’une session de pulvérisation agricole consiste aussi à analyser d’autres paramètres comme la vitesse du vent durant la pulvérisation, la température environnante et un taux d’humidité adapté. Les lois sont d’ailleurs strictes sur ces conditions. En prenant le cas de la vitesse du vent, il ne doit pas être supérieur au niveau 3 sur l’échelle Beaufort. Pensez à analyser les conditions météorologiques surtout la vitesse du vent avant chaque session. En d’autres termes, celui-ci ne doit pas aller au-delà d’à peu près 18,5 kilomètres par heure.

Ensuite, il faut aussi cibler les températures ambiantes lors d’une session de pulvérisation. Les experts recommandent souvent de le faire avant le lever du soleil, voire durant la nuit. L’objectif est de procéder à une température comprise entre 14 °C et 22 °C. Afin de ne pas commettre d’erreur, les notices des produits phytosanitaires sont assez claires. Il vous suffit de les suivre pour ne pas modifier la composition des produits et offrir un traitement optimal à votre culture.

Si vous avez des ressources en eau non loin de vos cultures, vous devez rester très vigilant en ce qui concerne l’humidité. Il s’agit d’un facteur favorisant le transfert des produits à cause de ruissellement. Pour éviter ce phénomène, analysez l’hygrométrie pour définir s’il ne pleuvra pas dans les 2 à 3 heures après une pulvérisation. Pour le savoir, installer des appareils pour analyser l’hygrométrie dans votre région surtout à proximité de vos cultures.

Pour continuer votre lecture