Paul Bocuse, le “pape de la gastronomie” s’en est allé.

Paul Bocuse, le “pape de la gastronomie” s’en est allé.

Nommé le “pape de la gastronomie”, Paul Bocuse est mort là où tout a commencé pour lui, dans sa chambre à Collonges-au-Mont-d’Or près de Lyon, où il est né. A l’âge de 91 ans, Paul Bocuse s’est éteint ce 20 janvier 2018. La question se pose déjà, faut-il alors lui rendre un hommage national ? Son fils, Jérôme Bocuse, aujourd’hui à la tête de cet empire gastronomique, pense que cet hommage, marque de respect initié par l’association “Les Toques blanches”, ne correspond pas à la personnalité simple et humble de son père et précise derrière les micros de RTL que “ça n’est pas quelque chose qui colle à sa personne”.

La cuisine de marché s’est-elle éteinte avec son mentor ?

Toute l’agitation autour de son décès ne s’arrête pas seulement à cette question, celle de lui rendre hommage ou non, certains chroniqueurs et passionnés proclament déjà la disparition de la cuisine de marché, dont il était le fier émissaire.

Monsieur Paul était un passionné des produits du terroir, notamment de la volaille de Bresse. Sa succulente recette de fricassée de volaille aux morilles a déjà fait le tour du globe. Il représentait la France, sa tradition et sa culture, il laissera son empreinte immuable dans l’univers de la grande gastronomie. Son style culinaire a véritablement pris ses sources dans ses propres racines lyonnaises, il a su, tout au long de sa prodigieuse carrière, rester un cuisinier de tradition.

La passion du terroir avant tout

Paul Bocuse est tout de même resté pendant 50 ans 3 étoiles au réputé et emblématique Guide Michelin. Malgré tous ces honneurs, il a su rester un personnage authentique, ce qui lui confère très probablement davantage de respect. Bocus le magicien, affectionnait tout particulièrement les produits du terroir et son restaurant, l’Auberge de Collonges, est l’un des plus connus à travers le monde. Homme de valeurs, l’art culinaire de cette super star de la gastronomie française et mondiale, était magnifiquement inventive mais aussi très traditionnelle de par sa simplicité. Connu sur la planète entière, il a était aussi l’ambassadeur de la ville de Lyon, qu’il défendait et promotionnait avec autant de ferveur qu’il excellait dans ses cuisines et faisait chanter ses marmites.

Notre hommage au Pape de la gastronomie française

Monsieur Paul Bocuse a su mettre du terroir dans nos assiettes, il a su rendre et donner à la cuisine traditionnelle toutes ses lettres de noblesse. Forcément, il sera regretté mais nous garderons la saveur délectable de ses recettes dont nous avons fait une sélection spécialement pour vous, chers lecteurs et chères lectrices :

  • Soupe aux truffes VGE : la soupe cuisinée pour Valéry Giscard d’Estaing en 1975, qui a valu une légion d’honneur au grand chef
  • Blanquette de veau à l’ancienne : grand classique de la cuisine française qui a pour seules exigences une viande moelleuse et une sauce onctueuse
  • Rouget en écailles de pomme de terre : un met raffiné, accessible et réalisable pour les plus patients
  • Tourte de canard et de foie gras à la roannaise : à déguster chaude ou froide pour ravir et épater tous vos convives
  • Gratin de macaronis : un plat convivial que toute la famille appréciera. Simple à réaliser il fera tout de même effet
  • Tarte Tatin : recette d’une grande simplicité, elle séduira le palais des petits comme des grands.

Il est temps de mettre sa toque, de relever ses manches et de rendre, chacun à sa façon, un hommage à ce grand homme, ce grand chef de la cuisine française, Monsieur Paul Bocuse, si simple et indéniablement authentique, en cuisinant un véritable et appétissant plat du terroir.

Pour continuer votre lecture